Blog de voyages

Iran

Quand j'ai dit que j'allais en Iran, ça en a surpris plus d'un. Pourtant c'est une destination extrêmement riche culturellement, mais on associe fréquemment l'Iran à une terre hostile du fait de l'instabilité de la région avec l'Irak à l'Ouest où sévit l'état islamique, et l'Afghanistan et le Pakistan à l'Est.

Pour être honnête, je n'envisageais pas d'aller en Iran au départ mais dans un pays plus improbable encore: le Turkménistan (au Nord de l'Iran). Je voulais voir les cratères de Darvaza. Seulement, avec un visa de transit de 5 jours, bien suffisant pour visiter le pays, on pensait avec 2 amis faire un combo avec un pays voisin, en l'occurrence l'Iran. On a acheté alors des billets peu chers pour l'Iran et ce n'est qu'après que nous nous sommes aperçus qu'il n'y avait pas de vol direct entre Téhéran et Achgabat, les deux capitales de ces deux pays. L'Iran ne permettant qu'un visa à entrée unique, le passage terrestre n'étant pas évident non plus, on s'est contentés de 3 semaines en Iran, et ça les vaut! Les relations entre le Turkménistan et l'Iran ne sont pourtant pas mauvaises, mais il n'y a curieusement pas de vol alors qu'il y en a vers l'Irak, l'Afghanistan ou le Pakistan. Donc nous voilà partis sur la terre des Perses à l'histoire plurimillénaire.

L'une des raisons qui amène une réticence de la part de certaines personnes, c'est le fait que l'Iran soit une République islamique depuis 1979, date très importante pour le pays. Sur le drapeau est écrit 22 fois "Allah est grand", et les couleurs, notamment le vert, ne sont pas sans rappeler l'Islam.

La langue est le farsi et la monnaie le rial. 40000 rials = 1€...Plus encore qu'en Ouzbékistan, l'Iran a une monnaie de singe. Ce qui perturbe le visiteur au départ ce sont les prix donnés oralement par les Iraniens qui sont en Tomans (1Toman=10Rials), ce qui permet de diviser par dix l'annonce des prix et faire moins peur aux touristes que nous sommes.smiley

Ci-dessous, le change de 500€, soit l'équivalent d'un billet chez nous:

Avec un seul billet on peut même être millionnaire:

J'ai appris les chiffres en persan et pu faire un sudoku:

Pour se rendre en Iran, il faut bien entendu un visa. Un visa "on arrival" (VOA), c'est-à-dire à l'arrivée à l'aéroport, est beaucoup plus facile à faire du moment qu'on a une attestation d'assurance. Attestation qu'il faudrait de toute façon si on fait faire son visa à l'ambassade d'Iran à Paris, en plus de fournir une lettre d'invitation, des photos d'identité et de laisser ses empreintes digitales. Choses inutiles avec un VOA.


Publié à 11:16, le 20/10/2016, Iran
Mots clefs :


Iran

Comme je le disais, l'Iran possède une histoire très ancienne et absolument fascinante, faite de guerres, de conquêtes, de grandeur, de décadence, de meurtres, de "guerres de religion", l'histoire se répétant souvent; en somme un bon résumé de l'histoire de l'humanité. Sans être fan d'histoire, on se laisse facilement prendre au jeu de l'histoire de la Perse qui ne trouve d'équivalent sans doute qu'en Egypte et en Irak. Ils ont presque 4000 ans de plus que nous.

L'Inde et l'Ouzbékistan possèdent aussi une histoire très riche, mais j'ai été relativement peu prolixe à ce sujet, chose qui va changer avec l'Iran car parler des Achéménides, Safavides ou Sassanides sans donner plus d'information risque de vous poser quelques problèmes (ou alors vous êtes spécialistes!). J'essaierai tant bien que mal de suivre un fil conducteur chronologique. Et si ça ne vous plaît pas, allez lire les posts que je mets sur facebook, c'est beaucoup moins intellectuel!laugh

C'est à Suse que tout commence, une des plus anciennes ville du monde, fondée 4000ans avant notre ère. Ayant vu aussi apparaître l'écriture en 3000 avant JC. Aujourd'hui située dans une région très chaude de l'Iran, au sud-ouest, proche de l'Irak et du Koweït, il ne reste plus grand-chose de cette cité antique occupée au départ par les Sumériens.

Les principaux vestiges de Suse se trouvent en fait au Louvres.


Publié à 12:06, le 19/10/2016, Iran
Mots clefs :


Iran

Ce n'est qu'après que la civilisation élamite s'installa dans cette région. S'il ne reste plus grand-chose à Suse, il reste cependant une ziggourat (bâtiment religieux) du Royaume d'Elam juste à côté, à Tchoga Zanbil.

Tchoga Zanbil daterait de 1250 avant JC. Evidemment, comme vous le voyez sur la photo et comme beaucoup de sites iraniens, une grande partie est retapée.

Les Elamites connaissent l'âge du bronze à Suse. Ils demeurent plusieurs siècles dans le secteur mais l'apogée du royaume élamite se situe autour du XIIIème et XIIème siècles avant JC. Ils seront vaincus par les Assyriens au VIIème siècle avant JC pour laisser finalement la place à la Médie.

Tchoga Zanbil


Publié à 04:47, le 19/10/2016, Iran
Mots clefs :


Iran

A l'ouest de l'Iran se trouve l'étonnante oasis de Takht-e Suleiman, site zoroastrien de l'époque sassanide toujours.

Ce site est particulièrement perdu dans l'Ouest iranien. En Iran, les déplacements les plus efficaces se font en taxi privé et c'est quasi indispensable pour se rendre à Takht-e Suleiman. Il vaut mieux être 3 pour diviser le coût, comme pour nous, et ça devient tout de suite plus intéressant.

Néanmoins, comme souvent avec les Iraniens, les taxis ne sont pas très fiables sortis de leur domaine, à savoir conduire. Même s'il est difficile de faire des généralités sur les Iraniens car il y a un mélange de cultures, des Kurdes aux Perses, des Arabes aux Azeris, et même une influence indienne à l'est, les Iraniens ont ce côté asiatique à répondre à vos questions sans hésitation mais c'est souvent faux. En plus de la barrière linguistique (niveau d'anglais pas au top), ils ont des défaillances en calcul mental, parfois à notre profit, parfois pas. Il faut donc faire attention car la conversion d'euros en rials en tomans peut perturber. Les Iraniens misent sur l'ouverture au tourisme, ils vont devoir s'améliorer de ce côté là.

Niveau conduite, l'Iran rappelle l'Inde dans son côté désordre. C'est peut-être pire encore même. Traverser une rue pour un piéton est très compliqué, il faut passer entre les voitures. Ne vous attendez pas à ce qu'ils ralentissent si vous n'êtes pas en face de la voiture. Bref, on est loin du Portugal.

Enfin, les véhicules polluent énormément, il ne faut pas être trop sensible au gaz carbonique.


Publié à 07:32, le 16/10/2016, Iran
Mots clefs :


Iran

L'immense empire sassanide finit par être défait par les dynasties arabes au VIIème siècle après JC. C'est là évidemment que la Perse s'islamise sous la dynastie omeyyade.

L'imam Hossein épouse une des filles du dernier empereur sassanide. Une transition parfaite pour la cohabitation arabo-persane. Les Chiites (branche de l'Islam majoritaire en Iran) vouent un culte bien particulier à l'imam Hossein, petit-fils de Mahomet devenu martyr à Kerbala. Pendant une dizaine de jours, pour pas dire pendant un mois entier (le moharram), les chiites manifestent en dramatiques processions, le top du top tombant le jour de l'Achoura commémorant la mort d'Hussein. Nous n'avions pas vraiment prévu de nous retrouver face à tant de processions.

Ci-dessus on les voit se flageller, ci-dessous faire des épreuves de force.

Tout ceci au son de tambourins faisant penser aux armées de Saroumane...

Pour l'Achoura nous étions à Ardabil, au Nord-ouest du pays, seul endroit où il a plu pour nous.

Pendant que les femmes pleurent, le défilé est assez gore.

Hommes et chevaux sont couverts de sang.

Y a deux écoles semble-t-il en Iran, on y reviendra de toute façon, mais y a les fervents croyants et ceux qui s'en moquent (voire critiquent ouvertement le pouvoir et la religion). Si les premiers font un peu peur, les autres s'avèrent extrêmement hospitaliers. Il n'est pas rare en Iran de se faire proposer le gîte et le couvert, comme ça, sans rien demander à personne. Nous avons profité une seule fois du couvert à Ardabil dans une famille iranienne qui semblait plutôt riche, ce fut un très bon moment et nous avons pu manger autre chose que du kebab, car je dois le dire, sorti du kebab d'agneau ou de poulet, du riz, des pois chiches et des aubergines, la gastronomie est un peu toujours la même et pas très raffinée. Au bout de 3 semaines, ça devient lassant.


Publié à 20:50, le 15/10/2016, Iran
Mots clefs :


Iran

Devant la révolte perse, le califat des omeyyades associé à la ville de Damas est remplacé au VIIIème siècle par le califat des Abbassides de Bagdad qui s'appuiera sur des ministres et généraux perses.

Si les Abbassides durent jusqu'au Xème siècle en Perse, l'empreinte sassanide est toujours présente dans les esprits. C'est à cette époque que la ville sassanide de Shushtar développe un réseau hydraulique et de moulins tout à fait fascinants.

Située à l'est de Suse, Shushtar est une oasis très rafraîchissante au milieu des températures infernales du Khouzistan. Malgré la beauté du lieu, nous ne sommes pas restés bien longtemps dans cette région, fuyant tant que faire se peut la chaleur encore étouffante de début octobre.

Nous avons dormi chez l'habitant à Shushtar, et notre hôte nous disait qu'il faisait jusqu'à 60 degrés en été. 50 j'y crois en tout cas (on devait avoisiner les 40 degrés début octobre...); 60 degrés, je vous laisse à votre appréciation sachant que les Iraniens ne donnent pas de gages de certitude.


Publié à 09:26, le 14/10/2016, Iran
Mots clefs :


Iran

Le site ilkhanide par excellence est sans doute le mausolée d'Oldjaïtou, descendant de Gengis Khan. Il est situé à Soltaniyeh entre Téhéran et Tabriz.

L'intérieur est blindé d'échaffaudages mais il reste encore de belles choses à voir pour les visiteurs.


Publié à 02:24, le 12/10/2016, Iran
Mots clefs :


Iran

La dynastie Qadjar prend fin au sortir de la 1ère guerre mondiale, et c'est le Shah Reza qui vient prendre la place de souverain en 1925, créant alors la dynastie perse pahlavis. Mais l'Iran est depuis l'époque qadjar occupé par les Britanniques et les Russes qui se cherchent querelle, d'autant plus que des ressources pétrolières ont été découvertes. En 1935, la Perse prend le nom d'Iran.

Le dernier shah d'Iran est le fils du shah Reza, à savoir Mohammed Reza. Malgré les revenus des hydrocarbures, seuls certains privilégiés bénéficient de ces richesses. Comme quoi les erreurs du passé ne servent jamais de leçon aux puissants de ce monde. Fatalement les Iraniens se révoltent et le discours de l'ayatollah Khomeiny gagne en popularité. C'est donc en 1979 que Khomeiny, bien chaudement installé en France, provoque la Révolution islamique poussant le shah à l'exil. En Iran, on connaît Paris et Neauphle-le-Château, commune des Yvelines inconnue au bataillon (désolé pour ses 3000 habitants...) où Khomeiny s'était réfugié en 1978. On est un peu comme ça en France, on aime bien héberger des dictateurs ou des fanatiques. Après on accueillera les opposants de l'ayatollah.

Ce qu'il y a, c'est que Khomeiny qui était en France va s'opposer en tous points à son prédécesseur, reniant ainsi le capitalisme et le mode de vie occidental alors même qu'il lui doit sa survie. Le tchador est par exemple réimposé alors qu'il avait été interdit sous le shah Reza. La preuve s'il en était besoin, que le tchador n'a rien à voir avec l'islam et encore moins avec Allah, car pour autant que je sache les Perses n'étaient pas moins croyants que les Iraniens, bien au contraire. Quand les gens le comprendront, on aura fait un petit pas pour la femme et un grand pas pour l'Humanité.

Ce n'est sûrement pas Allah qui veut que les femmes portent le voile, pas plus qu'elles ne doivent pas se mettre dans les mêmes wagons du métro que les hommes, pas plus que les hommes ne doivent pas porter des shorts (j'ai demandé pourquoi à une Iranienne qui m'a répondu qu'il n'y avait pas de "pourquoi" en Iran, on applique et c'est tout), pas plus que facebook doit être prohibé, etc...Non, ce sont des mollahs (ou des imams, c'est selon), misogynes la plupart du temps (pour pas dire frustrés) qui associent l'islam à ces ridicules injonctions qui donnent cette mauvaise réputation à l'Iran. Pourtant c'est par les femmes citadines qu'on sent clairement un vent de liberté souffler sur l'Iran. Comme dirait Sartre dans la République du silence, "jamais nous n'avons été aussi libres que sous l'occupation".

Les cheveux ne sont pas cachés, seul l'arrière de la tête est couvert chez certaines filles. Le voile tient grâce aux chignons. Comment je le sais? Parce qu'il peut s'envoler nonchalamment au gré d'une légère brise. Il suffirait d'une étincelle pour que les femmes enlèvent leur voile. D'ailleurs qui voudrait porter un tel voile sous une chaleur accablante? Les Européennes obligées de le porter trouvent son port pénible. Je rentre là dans un débat houleux qu'on connaît bien en France. Il faut dire que malgré l'imposition du voile en Iran (qui est respectée), j'ai vu plus de niqab dans un pays dit laïque comme la Turquie en une demie journée que pendant 3 semaines en Iran. En même temps les Chiites sont moins stricts que les Sunnites. C'est vrai que je n'ai pas été à Qom ou Machad qui sont les deux villes importantes du chiisme iranien, et là j'aurais pu en croiser pas mal. Des Iraniennes en France m'ont dit qu'ils les appelaient les "boîtes aux lettres". Pour ma part je pense qu'une religion devrait inviter plutôt à accrocher un sourire à un visage plutôt qu'un voile. Toujours est-il que sur la place de l'imam à Ispahan on voit des jeunes hommes aux moeurs douteuses, des femmes qui se maquillent, qui se font des teintures blondes, qui se prennent en selfie, qui portent des talons aiguilles, qui ne baissent pas les yeux pour regarder les hommes, pire même elles sourient comme si elles portaient la joie de vivre sur leur visage. Plus grande est l'interdiction, plus visible est son opposition. Certaines (même les hommes) se font refaire le nez pour ressembler aux Occidentales. La chirurgie esthétique bat son plein en Iran!

Ah oui, j'allais oublier, j'ai vu 4 fois des femmes donner le sein à leur enfant! Devant la mosquée de l'imam, rien que ça, ou ci-dessous devant la cathédrale de Vank à Ispahan:

"Couvrez-moi ce sein que je ne saurais voir"!

Faut dire que depuis que Khomeiny est mort, la répression idéologique s'est peu à peu muée en une hypocrisie latente. L'Iran s'ouvrant doucement au monde, tout ceci finira par changer tôt ou tard. Et grand bien leur fasse de se libérer de cette théocratie qu'une partie des Iraniens récusent sans qu'on leur demande même leur avis. C'est particulièrement marqué au Kurdistan iranien. Khomeiny n'a jamais totalement réussi à effacer la culture persane, bien trop ancrée dans la fierté populaire iranienne.

Ah si! J'ai pu observer un des avantages du Tchador à Kerman: il permet, du fait de l'ampleur de l'habit, de cacher un sac en-dessous et de pouvoir faire du vol à l'étalage (vol de fruits).


Publié à 21:14, le 7/10/2016, Iran
Mots clefs :


Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Où suis-je actuellement ?






Rubriques


Derniers articles

Présentation
Voyage
Finlande
Finlande
Finlande

Menu

Les judicieuses interrogations de Dric
Strips de Tristan
Le Royaume des Lutins
Blogs de Marc et Julie en Amérique du Sud
La route de la soie par ma soeur et mon beau-f
Photos (Paris) de Romain
Site de voyage d'Hemendra (Inde)

Amis

ayadouvio
thezame
albamorganti

Newsletter

Saisissez votre adresse email


Flux RSS