Blog de voyages

Turkménistan

J'ai déjà parlé du Turkménistan sur ce blog, donc à mes proches, et pourtant ce n'est pas facile pour tous de bien situer ce pays et de ne pas le confondre avec ses voisins "en -stan".

Souhaitant y aller depuis des années pour aller voir le cratère de Darvaza, l'ensemble de mon séjour au Turkménistan ne fut parsemé quasiment que de bonnes surprises! Pays de contrastes, de paysages et de culture, le Turkménistan offre une diversité telle qu'on peut difficilement ne pas l'admirer...et pourtant il s'agit d'une dictature, une des pires au monde au même titre que la Corée du Nord ou l'Arabie Saoudite. Et dire qu'on admire la Corée du Nord par exemple est délicat, même si s'agissant du Turkménistan on a moins de préjugés. Mais faire du relativisme sur un pays à régime autoritaire fait grincer des dents, et du coup je préfère souvent m'en sortir par une pirouette en affirmant "J'aime les dictatures" sur le ton de l'humour. Donc sans tomber dans ce relativisme, je vous invite à suivre mon itinéraire où vous comprendrez j'en suis sûr mon admiration, tout en n'occultant pas la situation politique du pays que je m'efforcerai de rappeler à l'occasion.


Publié à 15:55, le 9/10/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Turkménistan

Parlons animaux, plutôt domestiques car les animaux sauvages sont peu nombreux ou peu visibles.

Dans les spécialités turkmènes, on a les chiens "alabay" qui sont de grands chiens hyper puissants et parfois utilisés pour des combats illégaux de chiens.

Mais c'est surtout le cheval qui est une spécialité turkmène.

Les Akhal-Teke, chevaux qui font la fierté du Turkménistan, ont le poil soyeux, une robe dorée parmi les espèces les plus remarquables, et qui ont un port de tête assez haut. On les reconnaît assez aisément à cette petite bosse au niveau du garrot.

Je ne suis pas spécialement fan des chevaux, mais je dois reconnaître qu'ils sont beaux. Ils sont considérés comme les ancêtres des purs-sangs dont il reste peu d'espèces à travers le monde. Il y en a quelques uns en France. Pendant la guerre, les Soviétiques en avaient pris beaucoup pour les manger. A la différence des pays voisins, les Turkmènes ne mangent pas de cheval, ils les aiment trop pour ça. Cela dit, au Kazakhstan, manger du cheval est considéré comme une reconnaissance envers le cheval. Chacun sa culture...

Comme vous voyez, ils sont très fins mais néanmoins très musclés. Mais impossible d'en voir en liberté dans les grandes steppes d'Asie centrale avec les autres chevaux et les dromadaires.


Publié à 22:16, le 1/10/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Turkménistan

Un lac souterrain à Kow Ata permet encore de diversifier les activités au Turkménistan. Sources chaudes sulfureuses, ça ne m'a pas transcendé plus que ça, mais ça fait partie des incontournables dans le pays.

En revanche, j'avais très envie de visiter le petit village de Nokhur et ses cimetières si particuliers...

Là encore, une version arrangée de l'islam aux influences chamaniques.

Et je n'ai pas été déçu de mon déplacement! J'adore!


Publié à 01:08, le 30/09/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Turkménistan

Route vers l'ouest pour aller dans le désert. Les steppes, le désert, les dromadaires, tout ceci apparaît.

La route en ligne droite sans marquage au sol mais envahit par le sable et les mirages.

Aux abords de Balkanabat, un cours d'eau salé rose (algues) offre la possibilité de s'y baigner (Mollakara). Il possède des caractéristiques similaires à la mer morte (vertus thérapeutiques, importante salinité...):


Publié à 22:22, le 29/09/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Turkménistan

Le Turkménistan est couvert à 80% par le désert de Karakoum. Et même ce désert offre une grande variété de paysages.

Depuis l'ouest, on arrive d'abord sur des formations étranges.

C'est louche.


Publié à 22:34, le 28/09/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Turkménistan

Quand soudain surgit le Yangykala canyon aux falaises polychromes (sang et or) ciselées.

Ca se passe de commentaires mais ça rappelle le nord ouest argentin!

On imagine assez bien des dinosaures vagabonder dans ces plaines arides et colorées. On pourrait créer un Jurassic Park au Turkménistan!


Publié à 23:35, le 27/09/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Turkménistan

La réserve du Kaplankyr permet une étape raffraichissante pour planter sa tente au milieu du désert de Karakoum (pas dans la réserve elle-même, mais près des lacs artificiels récemment créés).

Mais pour y aller, le seul moyen est de prendre le 4x4 pour gravir les dunes abruptes du Karakoum.

C'est ainsi qu'on se retrouve dans des villages aux antipodes de la fastueuse capitale, où les enfants s'amusent des touristes, les hommes restent impassibles, pendant que les femmes travaillent à sécher les tapis en plein cagnard.


Publié à 16:42, le 26/09/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Turkménistan

Avant d'arriver enfin à mon lieu de pélerinage: les cratères de Darvaza. Seul un est en feu...

Ce cratère principal est un attrait touristique majeur du Turkménistan. Surnommé "les portes de l'enfer", il est le résultat de la prospection gazière soviétique. En en ayant trouvé un peu trop et craignant une explosion ou une pollution atmosphérique, les Russes ont décidé de brûler le gaz qui s'échappait et s'en aller en pensant que le gaz finirait par s'épuiser rapidement. Sauf que depuis 1971, le cratère brûle toujours. Les flammes ne devant pas être éternelles contrairement à l'enfer, je voulais voir absolument ce mirage du Karakoum, alors que l'Enfer ne m'attire pas personnellement. A noter que le président (son nom?) souhaitait l'éteindre en 2010, mais pour l'instant Darvaza subsiste toujours, mais quel sursis a-t-il?

Et ça attire le touriste!

Mais c'est la nuit que l'enfer se déchaîne!

Mon pélerinage m'a ravi!

Evitez de vous retrouver dans le vent, car vous prendrez un bon coup de chaud! Ca a l'avantage d'être un bon insecticide, car si l'odeur ne gêne pas, les moustiques passant quelques mètres au-dessus du cratère meurent quasi instantanément.


Publié à 01:56, le 25/09/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Turkménistan

Pour terminer ce voyage fantastique au Turkménistan, place à Konye-Ourgentch, où se trouve un ensemble de bâtiments de l'époque des Seldjoukides.

Bien-sûr les Mongols ont quelque peu détérioré l'ensemble.

Voilà pour ce pays magnifique, mais n'en restez pas là, ce n'est pas fini. Me séparant de mes acolytes, je passais la frontière ouzbèke 20kms au nord, à pieds, au milieu d'un endroit surréaliste. Entre les deux bâtiments douaniers, on a une zone franche avec un chemin asphalté. Sur les côtés, des cadavres de voitures rouillées plantent le décor, des barbelés servent de frontière au milieu d'un champ de patates où j'imagine assez bien des mines disséminées ici et là...Comme une impression d'être à la frontière entre les deux Corées, une sorte de sympathique adieu à ce pays hallucinant qui restera un de mes meilleurs souvenirs de voyages. La suite, se passe au Kazakhstan...


Publié à 17:21, le 24/09/2019, Turkménistan
Mots clefs :


Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Où suis-je actuellement ?






Rubriques


Derniers articles

Présentation
Voyage
Ethiopie
Ethiopie
Ethiopie

Menu

Les judicieuses interrogations de Dric
Strips de Tristan
Le Royaume des Lutins
Blogs de Marc et Julie en Amérique du Sud
La route de la soie par ma soeur et mon beau-f
Photos (Paris) de Romain
Site de voyage d'Hemendra (Inde)

Amis

ayadouvio
thezame
albamorganti

Newsletter

Saisissez votre adresse email


Flux RSS